L’Automne

C’est l’automne dans ma corbeille,
Les feuilles tombent,
Froissées, fripées, plus de soleil.
Mon crayon noir se taille,
Mauvaise mine,
Pas rasé, pas lavé, tout s’écaille.
J’écris des lettres qui s’envolent,
Pas Roissy ni Orly,
Que des mots doux qui dégringolent.
Cantonnés comme des grains de riz
Aux confins de nos petites vies
On s’associe on s’acoquine
Et on se tire la bourre on s’assassine
L’étoffe glisse sur tes épaules,
Tu t’effeuilles,
Chacun son but chacun son rôle.
Tu te dérobes, j’enfile ma veste,
Bien taillée,
Je m’en vais, c’est toi qui restes.
Ou bien je retourne ma veste,
Tu remets ta robe,
C’est toi qui pars, c’est moi qui peste.
Cantonnés comme des grains de riz
Aux confins de nos petites vies
On s’associe on s’acoquine
Et on se tire la bourre on s’assassine
© Michel Leydier 2010