Aux Diables Aux Diables ! (des hommes qui pleurent)

Le Serpent à plumes, collection Serpent noir, 2005
Ce qu’on en a dit :

« Chez Simenon, on parlerait de passage de la ligne (…) Grégoire, le narrateur quadragénaire du dernier roman de Michel Leydier, n’est pas loin de ressembler à un héros simenonien (…) Mais qu’est-ce qui explique l’animosité chronique de Grégoire ? A quoi cherche-t-il à échapper ? À un meurtre ? À plusieurs meurtres ? Celui, entre autres, d’un des amants de son ex-femme ? Pourquoi fuit-il son propre fils… ? Et puis quel est le secret de Jacky, son drôle de voisin, dont les agissements sont des plus bizarres ? Toutes ces interrogations confèrent au roman de Michel Leydier un indéniable attrait et, selon la formule consacrée, entretiennent jusqu’aux toutes dernières pages le suspense. » (Le Magazine Littéraire)

« Ombre et lumière, un roman noir au soleil… Michel Leydier manie l’oxymore avec un grand talent. Violemment tendre, ce roman oscille entre l’amour et la haine. » (Encres Vagabondes)

« Un roman construit comme une minutieuse mécanique d’horlogerie autour d’un lourd secret. L’auteur, Michel Leydier, s’y entend pour brouiller les pistes. » (Le Journal du Centre)

« C’est un cri de douleur. Un lancinant cauchemar. Celui d’un homme blessé, trompé, humilié, embarqué dans une folle fuite, des envies de meurtre plein la tête. Déjà auteur de plusieurs polars et d’une remarquable biographie de Jacques Dutronc, Michel Leydier signe avec rage un petit roman écorché vif, violent, presque outrancier, saturé de sexe, de rock’n'roll et d’alcools forts. » (Épok)

« Le personnage revanchard et cynique permet à Michel Leydier d’avancer ses pions à pas de velours, tout en finesse derrière les gros sabots du genre, il délivre une vérité, propose une revue de détails d’un looser dormant en chien de fusil. Cependant l’amour n’est jamais loin même s’il prend des formes diverses et variées. Si Bashung accompagne le personnage ce n’est pas anodin, si on ne sait jamais qui est qui, c’est aussi dans un vrai soucis de prosateur dont la mission est parfaitement remplie. A dévorer. (Le Mague)

« Le sous-titre, Des hommes qui pleurent, résume parfaitement ce polar insolite. » (L’Écho)

Sélection finale du Prix du Polar SNCF 2006
Sélection pour le Prix du Salon Polar de Cognac 2006
Sélectionné pour le Prix du Lion Noir de Neuilly-Plaisance 2006

Parution précédente <> Parution suivante